Made in France retrace en bande dessinée l’histoire d’une famille chinoise à Paris dans les années 1970. Brigitte Tchao nous y raconte, à travers le dessin de Christel Han comment son enfance et son adolescence ont été imprégnées de la culture chinoise.

Tout le talent de ce récit tient dans sa capacité à représenter un regard d’enfant dans son évolution, ainsi que dans sa relation à ses parents et la société de l’époque. 

Brigitte Tchao y raconte plusieurs de ses souvenirs d’enfance, comme par exemple les mouvements sociaux de mai 1968 à Paris. On appréhende le personnage à travers son regard éloigné sur la situation, exposé aux images d’affrontements policiers, sans vraiment comprendre de quoi il s’agit. La capacité de cette œuvre à nous mettre dans la peau et à nous imprégner du vécu de cette jeune fille est saisissante, tout en nous permettant d’apprécier toute la nostalgie que ces souvenirs de jeunesse dégagent.

On y découvre toute la particularité du rapport de Brigitte à la culture et l’histoire chinoise, qu’elle ne vit pas directement. En effet, elle ne s’est pas rendu en Chine avant ses 17 ans, créant donc dans sa construction un rapport éloigné à ses origines, bien que très présentes dans son enfance. Brigitte découvre donc l’histoire du pays dans lequel ses parents ont vécu, les mariages forcés, la prise de pouvoir de Mao Zhedong, la révolution culturelle… Toutes ces histoires sont racontées à travers des yeux d’enfant, tout comme son rapport à la langue cantonaise,  qu’elle mettra du temps à parler correctement.

 

C’est avec ce même regard que la découverte d’une culture française parfois peu appréciée par les parents de Brigitte est découverte. On la voit découvrir la télé, les chanteur.euse.s français.e.s, ou encore la campagne limousine, dans des premières vacances qui furent aussi les premiers congés de ses parents. Elle évoque même son incompréhension devant tant de “Michel” sur la scène musicale française.

Cette binarité des influences culturelles dans l’évolution de Brigitte n’est pas observable seulement retrouvée dans les thématiques abordées, mais aussi à travers le dessin de Christel Han. En effet, à travers le choix d’un dessin d’abord en noir et blanc colorié de rouge et de bleu, on perçoit encore mieux la double influence dans laquelle a grandi Brigitte, apportant une dimension visuelle à la mise en valeur de cette hybridité.

C’est une lecture que nous ne pouvons que conseiller à toute personne férue de culture chinoise, et de sa perpétuation en France dans les familles immigrées !

 

Rédaction: Arthur B

 

#chine #france #bandedessinee #BD #madeinfrance #paris #récit #enfance #culture #cantonais #asie #1968 #musique #vacances #souvenirs #origine

Please rate this

Catégories : Actualités

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *